TUMEUR DE VESSIE

La découverte, souvent sur une hématurie, d’un polype de vessie, implique systématiquement à un diagnostic histologique par résection de tumeur de vessie sous anesthésie, car il s’agit dans plus de 95% des cas de lésions malignes ou potentiellement malignes. Cette opération chirurgicale endoscopique (= par les voies naturelles) permettra aux anatomo-pathologistes de définir la nature exacte de la lésion ce qui conditionnera le reste de la prise en charge, allant d’une simple surveillance souvent par des cystoscopies (= examen endoscopique de la vessie) répétées, à des installations endovésicales de BCG ou de mitomycine C, ou parfois à des opérations chirurgicales lourdes d’ablation de la vessie.

 

La rapidité de réaction face à l’apparition d’une hématurie isolée, sans contexte infectieux, est primordiale et doit imposer une échographie, ou mieux un uroscanner, et un rendez-vous avec un urologue.

 

Le tabac et certaines expositions professionnelles à des produits (hydrocarbures, amines aromatiques) sont à risque de tumeurs de vessie.