Incontinence urinaire

La société savante International Continence Society (ICS) a défini l’incontinence urinaire comme toute plainte exprimée par un patient relative à une fuite involontaire d’urine.

L’incontinence urinaire est un symptôme extrêmement fréquent puisqu’on estime en France que 30% des femmes sont concernées.

Avant tout traitement la prise en charge de l’incontinence urinaire nécessite un bilan clinique (interrogatoire, questionnaire, catalogue mictionnel, examen clinique, Pad test) et para-clinique adapté au type d’incontinence urinaire (analyse cytobactériologique des urines, bilan d’imagerie, bilan urodynamique, fibroscopie vésicale…)

La classification médicale définit 3 types d’incontinence urinaire

Incontinence d'effort

Il s’agit d’une perte d’urine survenant lors d’une augmentation de la pression abdominale (éternuement, toux, effort, marche). Ce type d’incontinence urinaire est dû à une faiblesse du sphincter externe mais surtout des muscles du périnée. Lorsque ces muscles ne sont plus capables d’assurer leur fonction de contrôle une augmentation de la pression (toux, efforts physiques) entraîne alors des fuites. L’incontinence urinaire d’effort est la principale forme d’incontinence urinaire de la femme.

Incontinence par urgenturie

On nomme aussi ce type d’incontinence incontinence par hyperactivité vésicale.

C’est une perte d’urine par envie pressante non maîtrisable en rapport avec une contraction involontaire et imprévisible de la vessie. C’est incontinence se traduit par des envies d’uriner brutales trop fréquentes de jour comme de nuit.

L’incontinence par hyperactivité vésicale représente environ 20% des incontinences urinaires.

Incontinence mixte : IUE + urgenturie

Traitement de l'incontinence d'effort

  • par rééducation pelvi-périnéale effectuée chez un kinésithérapeute ou une sage femme permettant de renforcer la tonicité des muscles du plancher périnéal. 10à 15 séances sont en général nécessaires.

  • par chirurgie : mise en place d’une bandelette sous urétrale TOT ou TVT

  • par mise en place d’une sphincter urinaire artificiel. Cette technique chirurgicale permet de traiter l’incontinence urinaire lorsqu’il existe une insuffisance sphinctérienne, d’emblée ou après échec d’une cure par bandelette sous urétrale.

Traitement de l'incontinence par urgenturie
  • la rééducation pelvi-périnéale.

  • les traitements médicamenteux (anti-cholinergiques)

  • l’électrostimulation tibiale postérieure

  • la neuro-modulation sacrée.  

  • la cystectomie sus trigonal avec enterocystoplastie (dans de rare cas)